A propos

T’es un petit curieux qui veut en savoir plus sur mon histoire ? Alors go je t’explique.

J’ai jamais vraiment voulu être salariée.

Bien sur comme la plupart des gens je pensais que c’était obligatoire.

En plus quand t’es bonne élève, on t’envoie à la fac ou en école, on te dit que tu vas avoir “un super métier” et on t’envoie dans des études dites prestigieuses comme le droit ou la finance. 

J’ai moi-même fini en droit.
ok c’est super intéressant pour comprendre le fonctionnement de la société mais le truc c’est que j’ai jamais eu aucun métier qui me tenait à coeur. 

J’ai fais de l’intérim, des cdd, mais à chaque fois je démissionnais.

Flemme de côtoyer des gens tous les jours (que je connais pas et qui sont pas dans le même délire que moi).
Faire semblant d’accepter les remarques de la hiérarchie qui t’en demande toujours plus.

Au final qu’est ce qui changeait de l’école ? 

T’es là, tu fais des tâches, tu réponds à des consignes, et tu bosses de 8h à 17h et le soir t’es juste ko. 

Le pire ?

C’est que même si t’es hyper sérieuse etc t’auras le même salaire. 

Tout ce que tu peux espérer c’est une vieille prime de 200 balles et on te dit que c’est ça la vie.

Tu finis endetter parce qu’apparemment le graal c’est d’avoir acheté une maison en crédit sur 30 ans, que tu devras remboursé avec des taffs qui te plaisent qu’à moitié.

Bref, c’était pas mon délire.

Et c’est là que j’ai découvert le freelancing, l’entreprenariat.

A l’époque, peut de gens en parlaient.

Dans ma tête c’était réservé aux grands patrons, ceux qui ont des grosses boites ou des restaus.

Je pensais pas que les gens lambdas pouvaient le faire aussi.

Et pourtant si. 

 

Bon au début je me suis laissé happer par des belles promesses et j’ai tenté le E-commerce.
J’ai juste perdu 600 balles.

J’avoue que je pensais que c’était trop compliqué et pas fait pour moi.

Mais en se concentrant sur les bonnes choses, tout peut changer !

Au début je vendais des prestations de customer car (service client), en gros je répondais aux mails et dm insta.
C’était cool pour un début, parce que je savais pas du tout quoi vendre et que j’avais 0 compétences.
Je me faisais 2k par mois et je bossais quand je voulais. 

Puis je me suis formée de mon côté sur le marketing et la psychologie et j’ai vendu des prestations en tant que consultante processus de fidélisation client, et marketing. 

En fait, tu peux vendre ce que tu veux à partir du moment où tu te sens à l’aise et que tu sais le mettre en avant (on en parle dans le livre virtuel).

 Aujourd’hui je kiff ma life, je sais que je peux agir dans le monde et que je suis libre.
Et honnêtement, au delàs de l’argent, c’est ça le plus beau cadeau selon moi.