« Il y a deux types de freelances.
Les premiers sont des « salariés »
, les deuxièmes sont libres « 

Nous on veut faire partie de la deuxième catégorie

“Ouais mais avec la crise actuelle j’arriverais pas à vendre …”

“Toute façon sans expérience on peut pas vendre cher”

“J’ai pas trouvé le hack pour percer sur les réseaux donc je peux pas en vivre”

Si tu pars de ce principe alors oui, tu risques de pas vendre….

Parce que ça veut dire que t’as zappé deux choses hyper importantes. 

 

  • Tu cibles les professionnels, et eux, je t’assure qu’ils ont de la thune à dépenser quand ils veulent.
  • Pas besoin d’expérience de fou quand on sait inverser le rapport de force et devenir indispensable pour sa cible. 

 

Après je te comprends.

On voit tellement de pseudos marketeurs qui font genre qu’ils ont gagnés 10k juste en postant sur tiktok parce qu’ils ont trouvé un “nouveau hack” que maintenant, on est un peu paumé sur ce qu’on doit réellement faire.

Pourtant c’est simple.

Regarde les médecins.

Quand tu démarres en médecine, tu vas pas directement faire des diagnostics et proposer des traitements.

Pourquoi ?

Parce que tu dois d’abord étudier le fonctionnement du corps humain  de A à Z.

C’est exactement pareil en business.

Si tu veux vendre cher, à des gros clients en freelance( même au début), va falloir répondre à cette question : 

“Comment on fait pour s’imposer et inverser le rapport de force ?”

Et ensuite c’est l’effet boule de neige.

Les clients te font de plus en plus de demandes chaque mois.

– Tu dois mettre tes prestations de plus en plus cher.
– Tu travailles de moins en moins parce que tu peux te faire kiffer vu que t’es harcelé de notifs de demandes
– Et t’as réussi à automatiser le système. 

Et le truc le plus cool ? 

C’est que c’est toi qui impose tes propres règles.

Pas besoin d’exécuter des consignes, tu fais seulement ce qui te fais kiffer.

En toute détente.


Parce que t’es passé du l’autre côté. 

T’es passé de salarié à collaborateur.

Et ça, sans même s’afficher sur les réseaux.

Et si t’es  ici, ça tombe bien.

Parce que pour inverser ce rapport de force et créer cet engouement autour de ton offre, il faut utiliser une chose.

Une chose que tous les marketeurs utilisent sans même le dire.

La psychologie de vente. 

 

Mais T es qui ?

Je pourrais te faire un blabla comme quoi je suis partie de rien et que je suis devenue une entrepreneuse à succès, mais en vrai, flemme non ?

Parce que si t’es ici j’imagine que c’est parce que tu veux des réponses.

Que t’es entrain de te demander ce qui cloche chez toi…

  • Pourquoi les autres réussissent ?
  • Pourquoi t’arrive pas à avoir de clients ?
  • Comment tu peux faire pour enfin vivre de ta passion tout en étant 100% stable ?

En plus, on va pas se mentir.

La plupart des « success stories » d’entrepreneurs parlent jamais vraiment de ce qu’ils ont mis en place pour réussir.

Et c’est hyper frustrant d’avoir l’impression d’être à côté de la plaque.

Pour le coup, je ne connais que trop bien ce sentiment.

Cette sensation de tout donner et pourtant finir deçu…

  • Frustré de voir pleins de contenus qui se contredisent.
  • Frustré de pas savoir quoi faire.
  • Frustré de pas avoir de demandes.

Le truc positif c’est que ça peut changer !

Et tu sais quoi ?

J’étais exactement comme toi jusqu’au jour où j’ai eu ma première demande de mission à plus de 2k le mois (j’étais choquée !)

Et ensuite tout s’est enchaîné.

2, 3, 5, 10 demandes chaque mois !

Alors même que j’étais très looooin d’avoir beaucoup d’expérience.

Plus de 10 demandes par mois.

Franchement, je te laisse imaginer la sensation de bien être et de soulagement que ça procure.

J’avais enfin trouver LA raison pour laquelle mes services se vendaient pas, ou se vendaient trop peu cher.

J’avais enfin réussi à mettre des prix presques indécents (mais quand on cible les professionnels, je te garanti que de la thune qui circule il y en a)

Et pourtant, je suis partie de la meuf qui faisait du droit, qui s’est lancé dans le bizz, qui a perdu 600 de pubs facebook (parce qu’avant d’être freelance j’ai tenté d’autres business qui m’ont fait couler).

J’avais aucune prédisposition pour pouvoir vendre mes services.

Et si je suis là aujourd’hui, c’est justement pour que toi puisses toi aussi taper là où il faut, sans prendre 50 chemins inutiles.

Ici, on parle de psychologie, et on va inverser le rapport de force.

A ton tour de prendre le contrôle.

T es paumé ?

Go faire le quizz pour savoir pourquoi tu vends pas !